ma ville bien-aimée, la Cité Ardente,

                           ville d'art par excellence... de tous les arts !


   Extrait de "Liège ma ville" :                                

              (Un hommage à la Ville de Liège, paroles de Paul Libens, musique de René Fourré).

 

         Malgré les années de carrière musicale passées en France (Opéra de Paris, Radio France), René n’a jamais coupé ses racines avec sa ville natale. Il a conservé, filialement, les liens qui l’unissaient à son terroir, à sa Ville-Mère. Il en reste un fervent défenseur et la chante au travers de textes et musiques de ses amis liégeois Paul Libens, René Fourré, Jean-Denys Boussart, Jean-Marie Troisfontaine, Luc Baiwir, Lily Portugaels, Paul Francy, Denise Karas, Suzanne Pommée, Emile Sullon.

 

    Extrait de "Où peut-on être mieux" (Grétry) :     

  

 

                                             L'enterrement de Matî l'Ohè

 

                        Maggy Willemsen: dernier enterrement de Matî l'Ohè du XXè siècle.

       Matî l'Ohè  (Mathieu l'os, en wallon) est bien un os, symbolisant ce qu'il reste des agapes de la fête paroissiale. Son enterrement signifie la fin des festivités du 15 août en Outremeuse à Liège.

      Sur cette fresque de grande taille (1m20 x 1m60), on reconnaît un certain nombre de figures marquantes du folklore d'Outremeuse, notamment vêtu de rose Jean-Paul Perrot dit "Globule" (11). Roger Faes (4), Jean-Claude Roba (5) à la trompette, et Arthur Christophe (6) au saxophone. A droite, Raymond Vroonen (8) au saxophone et Patrick Vroonen (9) au tuba. En bas, Martin Bours dit "Tintin le champète" (13), René Chaumont (14), coiffé d'un chapeau noir, une bouteille de Piedboeuf à la main, tenant par l'épaule son ami Jean-Denys Boussart (15), folkloriste et maïeur de la Commune Libre de Saint-Pholien-des-Prés. En haut à gauche, la veuve de Matî l'Ohè sous les traits de Dominique Piette (1)... Le curé célébrant est Léopold Stijns (2).

       Les personnages (7), (10), (12) et (16) sont des créatures imaginées par l'artiste .

 

                                          "Li cité d'mès sondjes"


René Chaumont a immortalisé un hymne à la gloire de Liège : "Li cité d'mès sondjes"
 
                                  Cisse Vèye 
ås cints clokîs, Dji deû l'avu sondjî :
                                  Sès toûrs pwèrtît disquå cîr Leûs dintèles di pîre

        L'art musical de René Fourré et la sensibilité de René Chaumont ont enlevé cet hommage en vers que Jean-Denys Boussart adresse à la cité de ses rêves. Dentelles de pierre aux cent clochers, pluies d'argent des carillons et des fontaines, cascades de granit des vieux "degrés", le poème, les phrases musicales et le décor liégeois se fondent avec une exceptionnelle harmonie.

                               Extrait :   


                                                                                 XXXXXXXXXXX

 Li Tchant des Walons (extrait)